En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Plus d'informations sur les cookies
Madame le Maire Catherine Saumont

Madame le Maire

Madame le Maire Catherine Saumont

reçoit à la mairie sur rendez-vous.

Horaires et Contacts Mairie

Téléphone portable : 06.14.67.39.11

E-mail : saumontc@gmail.com

 

Météo France

97491 visites
Visites

Victor Brauner Peintre surréaliste (1903-1966)
photos du tournage du documentaire sur le peintre Victor Brauner
 
 
 
aspects de l'oeuvre de V. Brauner
 
 
 
 
aspects de l'oeuvre de V. Brauner (suite)
photo du peintre V. Brauner
   Pendant la guerre 1939-1945,  le peintre d'origine roumaine, Victor Brauner, qui a fréquenté les surréalistes comme Auguste Breton et René Char (alors chef d'un réseau de résistance à Cereste et qui a consacré un livre à ce peintre) a séjourné aux  Celliers de  Rousset de 1942 à 1945. Obligé de se cacher de par son état de Juif Roumain, il se voit contraint pour exercer son art en ces temps difficiles, d'utiliser des matériaux nouveaux comme la cire .
 
 
 
 

 

M. Allemand, voisin du peintre pendant son séjour aux Celliers

Monsieur Louis Allemand

Un témoin raconte
   Monsieur Louis Allemand et sa famille étaient les voisins immédiats de Victor Brauner lors de son séjour aux Celliers de Rousset. Il avait alors une quinzaine d’années. Il se souvient d’un homme au caractère paisible, sa compagne (Jacqueline Abraham qu’il épousera en 1946) par contre était plus difficile. Ils logeaient tous deux dans une maison louée, avec un sculpteur beaucoup plus jeune que Brauner et qui était un cousin de Madame. Cet homme sculptait dans de la pierre mais aussi du plâtre. Monsieur Allemand raconte : « M. Brauner parlait assez volontiers avec les gens du hameau mais sortait peu. Il était souvent dans sa chambre qui peignait. Il m’invitait à venir voir ses tableaux, mon père aussi mais ça ne l’intéressait pas trop. Il nous expliquait comment il faisait : la nuit, il pensait à un tableau, il se levait, traçait une silhouette au crayon et après, il se mettait à peindre. Il se fabriquait la peinture avec de la cire d’abeille qu’il prenait dans de vieilles ruches de Mme Arnaud et de l’argile verte très fine qu’on trouve derrière la maison. Pour les autres couleurs, je ne sais pas comment il faisait. Il peignait sur des draps qu’il avait trouvés dans la maison. Il peignait avec des pinceaux qu’il se fabriquait avec des soies de porc qu’il récupérait quand on tuait le cochon chez Magnero . Il employait aussi de la bougie mais je ne sais pas trop comment il faisait. On lui donnait quelquefois de la viande, des pommes de terre et aussi de la farine, avec, il faisait du pain et des biscuits. On grillait aussi de l’orge pour faire du café.
Lui et sa femme étaient toujours très inquiets à cause de l’occupant. Un soir, avec les jeunes du coin, nous dansions dans une grange au son d’un accordéon. M Brauner nous chassa très en colère de peur que le bruit n’attire les Allemands. L’accordéoniste partit à Espinasses par le torrent et nous l’avons suivi. Une autre fois, Madame Brauner et le sculpteur (dont j’ai oublié le nom,) étaient partis au ravitaillement dans la vallée de la Blanche à la ferme Quinson. Lorsqu’ils redescendirent, ils virent des Allemands sur le pont de Rousset. Ils remontèrent précipitamment et dormirent à la ferme cette nuit-là.
M. Brauner était malade, et c’est le docteur Mayoli (parrain de la fille d’Achille Mauzan le célèbre dessinateur d’affiches) qui venait de Gap le soigner. Pour payer ces consultations, Madame Brauner lui portait des tableaux (elle se rendait à Gap par le car)."

 Victor Brauner et sa compagne

 Jacqueline et Victor sur le seuil de leur logement aux Celliers de Rousset)

 

 

   Grâce à sa correspondance et ses notes manuscrites, toujours soigneusement domiciliées et datées, on peut retracer la chronologie de son séjour dans notre région.

 

   En avril 1942, il descend à l'hôtel Barnéoud à Remollon. (actuellement le restaurant des Acacias "Rêves d'ailleurs")

Puis, début mai 1942, il s'installe chez M et Mme Camille Rolland (gens qu'il trouve très braves) dans la plaine de Théûs (maison Allard actuellement). C'est là qu'il peint le tableau : "Stable instable " (voir ci-contre).

   Mi Mai, il fait un bref séjour à Marseille.

Sa compagne Jacqueline Henriette Abraham (qu'il épousera en 1946) le rejoint accompagnée du sculpteur Michel Herz.(voir deux de ses sculptures)

   En Août 1942 ils s'installent tous trois dans une maison des Celliers proche de la maison Allemand.

il peint "l'animal moderne solidifiant l'autre temps" . Puis, en octobre c'est : "totintot ou la grande métamorphose"

   Novembre 1942, court séjour à Marseille.

11 Novembre 1942, la zone libre est envahie.

  

Stable instable  / plaine de Théus

1942 Huile sur toile 72 x 54 cm

Musée National d'Art Moderne Paris

Inscription au verso : "Dans ce tableau, on aperçoit une femme, dont la chevelure se transforme en animal; des pattes antérieures de cet animal avec les mains de la femme, tiennent une flèche qui indique les aspirations élevées, dont la direction montre le bas. Les pattes postérieures serrent une triple tête qui regarde de tous côtés, signifiant la vaste intelligence. VICTOR BRAUNER

tableau : "stable, instable, plaine de Théus"

le peintre devant la maison "Roux" aux Celliers
Victor Brauner devant la maison ROUX aux Celliers    
 
 Mai 1943 Brauner se soumet à Gap au recensement des Etrangers.
 
 
Août 1943 Brauner découvre la technique du dessin à la bougie (à la cire). il produit : "Convulsion des fluides".
 
  
   Le 13 janvier 1944 il achève la sculpture : "Nombre"
 
           La ville de Gap est libérée le soir du 19 août 1944 par les chars du général américain Butler.
 
   Puis il quitte définitivement la région pour Paris au début d'avril 1945.
 
(ci-contre M. Brauner devant la maison Roux aux Celliers de Rousset)
 
 
source : "Victor Brauner : Ecrits et correspondances 1938-1948
CENTRE POMPIDOU " INHA
 
rue de Remollon, à gauche , hôtel Barnéoud où le peintre a séjourné.
A gauche, l'hôtel Barnéoud à Remollon dans lequel séjourna Victor Brauner
quartier des Celliers
Le hameau des Celliers qui abrita le peintre pendant son séjour à Rousset

 

Actualités de Victor Brauner dans la presse locale

article du "Dauphiné Libéré" du 18 novemvre 2012

INFORMATION MAIRIE

La mairie sera fermée le Lundi 6 et Mardi 7 Mars

Date et Heure
Comité des Fêtes de Rousset


Programme 2016 ici

Page Facebook du comité

OK
<Calendrier>
Mars 2017
a3w.fr © 2017 - Informations légales - rousset.a3w.fr